D'une idée écrite sur un coin de table à un projet international

En 2004, dans le cadre du Comité Français de l'UICN, François Moutou avait lancé une réflexion sur les aspects éthiques de la conservation de la nature. Lors d'une deuxième réunion, au Club Alpin Français (l'un des fondateurs de l'UICN, en 1948)... nous n'étions que deux ! Au cours de notre discussion, il nous vint l'idée de proposer un projet de résolution pour l'assemblée générale de l'UICN, résolution qui demanderait l'élaboration d'un « code éthique pour la conservation de la biodiversité ». Nous rédigeâmes un premier brouillon. Soutenu par le Comité Français, le projet de résolution, retravaillé, fut adopté à l'assemblée générale de Bangkok (télécharger la résolution). Le travail fut confié à l'Ethics Specialists Group de la Commission du Droit de l'Environnement de l'UICN. Pour l'essentiel, il a été pris en charge par une ONG de Chicago, le « Center for Humans and Nature »  Le Muséum National d'Histoire Naturelle y a également contribué significativement. Un réseau international a été constitué. En 2008, je suis devenu l'un des quatre « Co-Chairs » du groupe de travail (avec Kathryn Kintzele, USA, Karla Matos, Brésil, et Razeena Omar, Afrique du Sud), qui s'est réuni à plusieurs reprises à Windblown Hill (Libertyville, Illinois, dans la propriété du fondateur du Center for Humans and Nature, Strachan Donnelley). Le travail a été nourri par des rencontres avec des acteurs de terrain. La première eut lieu à Windblown Hill, avec les membres de la « Chicago Wilderness ».

 

La seconde réunion, à laquelle je n'ai pu participer, fut organisée en Afrique du Sud par Razeena Omar, en relation avec les Parcs Nationaux sud-africains. La troisième, à laquelle j'ai participé avec Kathryn Kintzele, fut organisée par Karla Matos dans le cadre du Forum Social Mondial, à Belém (Brésil), l'objectif étant de mieux connaître l'expérience brésilienne en matière d'agendas 21. Enfin, des collègues chinois, impliqués dans la conservation de la nature dans la province du Yunnan sont venus partagés leur expérience avec le groupe de travail à Windblown Hill. www.humansandnature.org

 

Le projet a rapidement évolué, devenant la « Biosphere Ethics Initiative » (BEI), ou l' « Initiative pour une Ethique de la Biosphère » (IEB), un processus dynamique, plus utile qu'un « code » figé, ayant pour objectif le développement d'une réflexion éthique au sein de tous les réseaux de l'UICN, à partir de valeurs privilégiées par le groupe de travail, de principes fondamentaux et de questionnements. L'accent est mis sur l'importance des collectivités et communautés locales, sur le débat et l'élaboration de projets fondés sur des valeurs partagées.

L'officialisation du projet

Le texte de la BEI a été finalisé en février 2010 à Paris, lors d'un atelier organisé par le Muséum National d'Histoire Naturelle avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères, du Comité Français de l'UICN et du Center for Humans and Nature. A la fin de l'atelier, le 18 février 2010, le texte a été présenté au Président et à la Directrice Générale de l'UICN. Le Conseil de l'UICN l'a adopté lors de sa session de juin 2010, avec des recommandations pour son développement.

A l'invitation de l'UICN, du 18 au 20 novembre 2010, Kathryn Kintzele, Karla Matos, George Rabb (membre d'honneur de l'UICN, ancien président de la Commission de sauvegarde des espèces) et Patrick Blandin ont participé à la session du Conseil au siège de l'Union (Gland, Suisse). Ils ont animé une séance de présentation de la BEI. Avec l'appui de Brendan Mackey, Conseiller pour l'Océanie, impliqué dès l'origine dans l'élaboration de l'Initiative, le Conseil a adopté une nouvelle décision pour soutenir le développement de la BEI.

Premiers développements

  • The Ethics of Indiana Dunes Region (septembre 2010)

Du 14 au 18 septembre 2010, Kathryn Kintzele et Karla Matos ont organisé le premier « Relato »* de mise en oeuvre de l'Initiative à l'échelle d'une petite région, sous le titre : « The Biosphere Ethics Initiative : toward a local ethic of the Indiana Dunes region ». Le Relato s'est déroulé d'abord à Windblown Hill, puis à Creekwood Inn Conservatory (Michigan City, Indiana), avec une tournée sur le terrain. De nombreuses personnes, représentant les organismes et ONG impliqués dans la conservation des dunes de la rive sud du lac Michigan ont échangés entre eux et avec des membres del a BEI, sur leurs visions, leurs valeurs, leurs démarches. A partir de là, les acteurs locaux ont élaboré « The Ethic of Indiana Dunes Region, a Call for Ethical Action ».  Télécharger le PDF Ethic-of-the-Indiana-Dunes-Region_30Aug11.pdf

* Relato : nous avons décidé d'utiliser ce mot brésilien pour désigner des ateliers d'échanges et de partages de points de vue sur les démarches de conservation de la nature, en particulier à l'échelle locale.

Un autre Relato a été organisé en Jordanie, au printemps 2011, par Mayyada Abu Jaber, membre du groupe de travail de la BEI. Un compte-rendu est disponible sur www.humansandnature.org/iucn/jordan-relato-environmental
Fin 2011, un Relato a été organisé à Rio de Janeiro par Karla Matos Monteiro avec le Center for Humans and Nature, sous le titre « Toward a Local Ethic of Rio de Janeiro » www.humansandnature.org

  • 10ème Conférence des Parties de la Convention pour la Diversité Biologique (octobre 2010)

Un « side event » a été organisé par Kathryn Kintzele à la 10ème Conférence des Parties de la Convention pour la Diversité Biologique à Nagoya (Japon), le 21 octobre 2010. Vincent Graffin, Vice-Président du Comité Français de l'UICN, Délégué du Directeur Général du Muséum National d'Histoire Naturelle pour la Conservation de la Nature et l'Expertise, y a présenté les orientations que le Muséum pourrait prendre pour mettre en oeuvre la BEI.

Lire l'article sur le site iucn.org

  • Conférences au Brésil (décembre 2010)

A l'invitation d'Antonio Herman Benjamin (Ministro do Superior Tribunal de Justiça, Brasil, et membre de la Commission on Environnemental Law de l'UICN) et de l'Ambassade de France, j'ai participé les 6 et 7 décembre 2010 au 1° Colóquio Ambiental França-Brazil de Juízes, consacré à la protection de la biodiversité. Ce colloque, accueilli dans les locaux du Sénat, à Brasilia, était organisé par l'Ecole Nationale de la Magistrature du Brésil et par l'Association des Magistrats Brésiliens, avec le soutien de l'Instituto o Direito por um Planeta Verde, de l'Ambassade de France, de l'Association des Juges Fédéraux du Brésil, de la Commission on Environmental Law de l'UICN et du Comité Français de l'UICN. J'ai donné la conférence introductive, pour présenter les enjeux de la conservation de la biodiversité et les orientations de la BEI. Christophe Lefebvre, Conseiller de l'UICN pour l'Europe de l'Ouest et chargé des affaires internationales de l'Agence des Aires Marines Protégées (France), a présenté la réglementation française en matière de protection des espaces littoraux. Laurent Jacques, de la Cour de Cassation, Bethânia Gaschet, du Conseil d'Etat, et Sabine Saint-Germain, magistrate en fonction au Ministère de l'Ecologie, ont confronté avec des magistrats brésiliens les cadres réglementaires et les pratiques juridiques relatifs à l'environnement et à la biodiversité dans les deux pays.

Le 9 décembre 2010, un colloque analogue était organisé à Rio de Janeiro, sous la houlette de l'Escola de Magistratura Regional Federal de 2° Região.

Le 10 décembre 2010, à l'initiative de Karla Matos, et à l'invitation du Museu do Meio Ambiente do Jardim Botânico de Rio de Janeiro, j'ai donné une conférence intitulée « Muséums et conservation de la biodiversité : la dimension éthique ». Les discussions ont permis d'initier une réflexion sur la façon dont les institutions muséales pourraient s'engager dans des démarches inspirées par la BEI, en particulier dans leurs activités de recherche et de diffusion des connaissances.

 Télécharger le PDF : P. BLANDIN Conf Rio 10.12.2010.pdf 728.94 KB

  • La nouvelle Stratégie Nationale française pour la Biodiversité (SNB)

Au titre du Comité Français de l'UICN, j'ai participé au Comité de révision de la SNB, précisément au groupe de travail « Vision », qui a élaboré le préambule de la nouvelle stratégie, intitulé « Une vision pour agir ». La rédaction de ce texte, adopté par le Comité le 15 décembre 2010, s'est inspirée de l'Initiative pour une Ethique de la Biosphère.

L'Association Païolive : éthique et action

Fondée en 2004, l'Association Païolive a pour objectif la protection du bois de Païolive, dans l'Ardèche méridionale. A sa fondation, elle avait rédigée un manifeste à forte dimension éthique. Ayant pris connaissance de l'Initiative pour une Ethique de la Biosphère, elle a engagé l'élaboration d'un nouveau manifeste, qui a été adopté en assemblée générale le 28 janvier 2012.

 


<<< 4. Le développement durable 
6. La Stratégie Nationale pour la Biodiversité 2011-2020 >>>