13. Le problème de la finalité en biologie. Publication 13. 1972

Titre : Le problème de la finalité en biologie

Auteur(s) : Patrick Blandin

Date : 1972

Revue : Revue des Questions Scientifiques. Tome 143, n°4

Pagination : 521 à 544

Résumé : Le concept de finalité est en lui-même assez difficile à cerner et les biologistes ont manifestement une certaine appréhension à l'employer, car il donne à leur science un aspect "non-objectif", aussi y-a-t'il un certain mépris pour ceux qui le trop intervenir, les "finalistes". Comme l'a écrit Jacob: "longtemps le biologiste s'est trouvé devant la téléologie comme auprès d'une femme dont il ne peut se passer, mais en compagnie de qui il ne veut pas être vu en public". S'il ne veut pas s'en passer, c'est donc qu'en tout cas certains aspects du phénomène vivant sont susceptibles d'être décrits en terme de finalité; il reste à savoir si cela est justifié. (...) Il y a finalité, non par action du futur sur le présent, mais parce qu'une action est faite actuellement sur le présent en fonction d'une pré-vision. finalité suppose projet, projet suppose capacité d'anticipation qui, dans l'état actuel de nos connaissances, ne peut appartenir qu'à quelque chose qui soit doué de ce que nous appelons la conscience. (..) [il est] donc essayé ici de faire l'inventaire de ces processus, pour voir dans quelle mesure la Biologie moderne évite l'écueil du "finalisme"

Mots clefs : Biologie; Finalité; Comportement; Adaptation; Téléonomie; Conservation; Reproduction; Evolution; Hasard; 

Articles associés :

Télécharger l'article: Blandin13.pdf